L'aquifère du Champigny est constitué d'une alternance de couches dures calcaires et de couches tendres argileuses ou sableuses qui se relèvent en allant vers l'est. Au-dessus se trouvent les calcaires de Brie et au-dessous la nappe de l'Yprésien. Mieux comprendre la nappe du Champigny, c'est aussi comprendre quelles sont les interactions avec les deux autres nappes souterraines qui l'encadrent.

La nappe de Brie

Les calcaires de Brie, plus souvent couverts de limon en surface, forment des plateaux parcourus par un important réseau hydrographique. L'épaisseur de la couverture de limon et la profondeur à laquelle se trouve la couche imperméable permettent de différencier les régions agricoles. Ces niveaux aquifère sont délimités par des couches marneuses peu perméables.

Les calcaires de Brie sont aquifères, c'est- à-dire qu'en leur sein circule la nappe de Brie. Cette nappe superficielle est peu épaisse. Elle a constitué pendant plusieurs siècles la principale ressource en eau, car elle était peu profonde, de bonne qualité et facilement exploitable par des puits de quelques mètres de pronfondeur. Elle est aussi morcelée.

 

Aujourd'hui AQUI' Brie cherche à comprendre l’importance des échanges (on parle de drainance) entre cette nappe superficielle du Brie et la nappe plus profonde des calcaires de Champigny.

AQUI' Brie suit le débit des sources et des cours d'eau drainant la nappe du Brie depuis 2010 et récupère des suivis piézométriques de cette nappe auprès de différents acteurs du territoire (SAN Sénart, Conseil départemental du Val de Marne,...). Ceci afin de mieux comprendre son rôle dans la recharge de la nappe du Champigny.


 

La nappe de l'Yprésien

Entre 2013 et 2015, le BRGM (Bureau de Recherches Géologique et Minière) a réalisé pour le compte de l'Agence de l'Eau Seine Normandie, une étude régionale des aquifères du Lutétien et du Cuisien comprenant la réalisation d'une carte piézométrique de ces aquifères sur les régions de l'Ile de France, de la Picardie, de la Haute Normandie et de la Champagne. AQUI' Brie a été associée à l'étude et a proposé qu'un des capteurs soit installé sur son périmètre de compétence. Le choix du site final a été fait en 2014, en collaboration avec le BRGM et la DRIEE : l'ancien captage de Voinsles sera équipé avec l'accord de la commune.