Lundi, avril 11, 2016
Les captages d'eau stratégiques pour l'alimentation en eau potable doivent, depuis l'adoption en 2006 de la Loi sur l'Eau et les Milieux Aquatiques (LEMA), disposer de zones de protection, au sein de l'Aire d'Alimentation de Captages (AAC). Sont stratégiques les captages dits Grenelle, listés dans le cadre du Grenelle de l'environnement en 2009 et les captages prioritaires identifiés dans le SDAGE 2009. La conférence environnementale de 2013 a défini de nouveaux captages prioritaires qui ont été répartis dans le cadre du SDAGE. Sur le périmètre de compétence d'AQUI' Brie, 13 Aires d'Alimentation ont été définies.

D'ores et déjà, une quarantaine de captages, sources ou champs captants, ont été identifiés comme stratégiques pour l'Alimentation en Eau Potable (AEP) sur le périmètre de compétence d'AQUI' Brie.

AQUI' Brie a déterminé 13 Aires d'Alimentation de Captages et la carte de vulnérabilité intrinsèque de 26 captages : Fosse de Melun (2008), Basse Vallée de l'Yerres (2009), Nangis (2009), Dagny (2011), Verneuil l'Etang (2014), Yèbles (2015), Lumigny (2015), Pézarches (2015), Rozay en Brie (2015) et Bannost-Villegagnon (2015). Les superficies des AAC varient de quelques hectares à près de 163 000 pour celle de la Fosse de Melun. Ces délimitations se basent sur les recommandations du BRGM (guide méthodologique RP-55874-FR) qui aboutissent, dans le cas d'une nappe alimentée par des pertes en rivière (ce qui est le cas du Champigny), à intégrer dans l'AAC l'intégralité du bassin versant de surface aboutissant aux pertes, d'où des superficies importantes.

 

Les Aires d'Alimentation de Captage protègent les captages des pollutions diffuses.

Les Périmètres de protection (Immédiate, Rapprochée ou Eloignée) protègent les captages des pollutions accidentelles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le plan d'actions, qui doit être mis en oeuvre sur l'AAC par les maîtres d'ouvrage des captages, vise à réduire à la source les pollutions diffuses d'origine agricole et non agricole. Ces actions sont définies selon une démarche de concertation territoriale et sur la base du volontariat des acteurs. Toutefois, si dans un délai de 3 ans, la mobilisation s'avère insuffisante, certaines mesures pourront être rendues obligatoires sur les zones soumises à contraintes environnementales, notamment sur le volet agricole.

 

 

 

 

13 AAC définies sur le périmètre d'AQUI'Brie, soit près d'une quarantaine de captages concernés.